LE CONTEXTE

La fin programmée du fioul 100% fossile

La politique énergétique menée en France depuis plusieurs années vise à faire disparaître
progressivement les énergies fossiles, le fioul domestique et le gaz prioritairement du fait de
leur contenu carbone défavorable.

Ainsi, la Programmation Pluriannuelle de l’Énergie (PPE) fixe les priorités d’actions dans le
domaine de l’énergie pour atteindre les principaux objectifs à horizon 2030 en matière de
lutte contre le réchauffement climatique :

La réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre

la réduction de 20% de la consommation finale d’énergie

la réduction de 40% de la consommation d’énergies fossiles

l’intégration de 33% d’énergies renouvelables (EnR) dans la consommation finale brute d’énergie

Concrètement, cette feuille de route vise le remplacement d’un million de chaudières fioul d’ici 2023 par des moyens de production de chaleur renouvelable, des pompes à chaleur ou des chaudières au gaz à très haute performance énergétique.

En usage chauffage, le fioul est une cible prioritaire de la politique énergétique du fait de son contenu carbone élevé, établi à 329 g CO2e / kWh PCI, supérieur à celui du gaz de réseau (227 g CO2eq / kWh PCI), une énergie fossile appelée également à disparaître progressivement du mix énergétique. En novembre 2018, le gouvernement a annoncé, par la voix de son Premier Ministre de l’époque, Édouard Philippe, son souhait de sortir du chauffage au fioul d’ici 2028.