Le biofioul est l’alternative au fioul domestique pour le chauffage de plus 3,5 millions de ménages vivant dans les territoires ruraux et péri-urbains.

Le biofioul est une énergie nouvelle, composée de fioul domestique auquel on ajoute une part croissante d’énergie renouvelable, sous forme d’ester méthylique de colza. Le biocombustible liquide ainsi obtenu est immédiatement substituable au fioul fossile. Dès le 1er juillet 2022, le biofioul F30 (30% de colza), alimentera les chaudières neuves. Le F10 (10% de colza) pourrait être généralisé à partir de 2024, en fonction de la ressource disponible. Il pourrait ainsi remplacer intégralement le fioul 100% fossile. Le biofioul, c’est l’énergie issue des territoires, pour le chauffage des territoires !

Le contexte

Le fioul domestique est la 3e énergie de chauffage en France, utilisée par plus de 3,5 millions de ménages, vivant essentiellement en maisons individuelles, dans des territoires ruraux bien souvent non desservis par des réseaux de chaleur ou de gaz. Combustible aux multiples avantages, le fioul domestique présente néanmoins un bilan carbone défavorable. Or, dans un contexte de réchauffement climatique avéré, cela condamne son utilisation à moyen terme. Pour le remplacer, le biofioul, alternative efficace, fiable et durable, est la solution la plus adaptée.

Le fioul domestique, énergie de chauffage de plus de 3,5 millions de ménages

3e énergie de chauffage en France, le fioul domestique équipe aujourd’hui plus de 3,5 millions de logements, essentiellement des maisons individuelles.

Le fioul domestique, énergie de chauffage de près de 4 millions de ménages

Le fioul domestique est aujourd’hui la 3e énergie de chauffage en France, équipant près de 4 millions de logements, dont 3,5 millions de résidences principales.

La fin programmée du fioul 100% fossile

La politique énergétique menée en France depuis plusieurs années vise à faire disparaître progressivement les énergies fossiles. Ainsi, le fioul domestique et le gaz sont en première ligne, du fait de leur contenu carbone défavorable.

L’interdiction d’installer de nouvelles chaudières utilisant du fioul 100% fossile entre en vigueur le 1er juillet 2022

Un décret gouvernemental , paru au Journal Officiel le 6 janvier 2022, interdit l’installation, à partir du 1er juillet 2022, de nouveaux systèmes de chauffage consommant des combustibles émettant plus de 300 gCO2e/kWh pci. Ce décret vise à accélérer la disparition du parc des chaudières fioul au profit de solutions alternatives comme le biofioul.

L’interdiction d’installer de nouvelles chaudières fonctionnant au fioul 100% fossile prévue pour 2022

Le gouvernement a mis en consultation, le 14 janvier 2021, un projet de décret visant à interdire l’installation de nouvelles chaudières consommant des combustibles émettant plus de 250 gCO2eq / kWh pci, dans les bâtiments existants à partir du 1er janvier 2022 (et dès le 1er juillet 2021 dans les bâtiments neufs). Ce projet de décret vise à accélérer la disparition du parc des chaudières fioul au profit de solutions alternatives comme le biofioul.

Le biofioul, alternative crédible et durable au fioul 100% fossile

Le biofioul est à la fois techniquement fiable, écologiquement acceptable et économiquement soutenable pour les ménages. C’est donc une bonne alternative pour les ménages aujourd’hui chauffés au fioul fossile.

Les produits

Le biofioul est une énergie issue des territoires qui contient une part croissante d’ester méthylique de colza.
Ainsi, le biofioul créé des externalités positives pour tous les acteurs de la filière, en offrant notamment
de nouveaux débouchés aux agriculteurs. Ce biocombustible produit localement pour le chauffage des territoires
ruraux et péri-urbains, se déclinera d’abord sous forme de F30 (30% de colza).

Le biofioul, une énergie issue des territoires

Transformer l’énergie fioul en biocombustible liquide de chauffage… C’est possible! Grâce à la substitution d’une part croissante de fioul fossile par une énergie renouvelable produite en France : l’ester méthylique d’acide gras (Emag) de colza. Le colza est une plante qui produit à la fois de l’huile et de la protéine végétale.

Un biocombustible aux multiples avantages

Le choix de l’Emag de colza pour créer un bioliquide de chauffage a été fait en raison de ses nombreux avantages. En outre, l’utilisation d’une partie de l’Emag de colza produit en France en biocombustible permet d’offrir de nouveaux débouchés aux agriculteurs.

Une énergie contenant jusqu’à 30% de colza

La ressource en colza et la capacité de production d’Emag sont suffisantes pour mettre sur le marché, dès 2022, un premier produit. Le F30, contenant 30% d’Emag de colza sera destiné aux chaudières neuves biocompatibles. Puis, le F10 (10%) pourrait à terme se substituer au fioul 100% fossile.

Les produits

Le biofioul a vocation à remplacer progressivement le fioul d’origine 100% fossile. Composé d’une part
croissante d’énergie renouvelable, sous forme d’ester méthylique de colza, le biofioul est une énergie issue des territoires.
Biocombustible aux multiples avantages, le biofioul créé des externalités positives pour tous les acteurs de la filière, en offrant notamment
de nouveaux débouchés aux agriculteurs, cultivateurs de colza français. Ce bioliquide produit localement pour le chauffage des territoires
ruraux et péri-urbains, se déclinera d’abord en deux produits : le F30 (30% de colza) et le F10 (10%).

Le biofioul, une énergie issue des territoires

La transformation de l’énergie fioul en bioliquide de chauffage est possible grâce à la substitution d’une part croissante de fioul fossile (FOD) par une énergie renouvelable produite en France : l’ester méthylique d’acide gras (Emag) de colza. Le colza est une plante qui produit à la fois de l’huile et de la protéine végétale destinée à l’alimentation des animaux d’élevage

Un biocombustible aux multiples avantages

Le choix de l’Emag de colza pour créer un bioliquide de chauffage a été fait en raison de ses nombreux avantages. En outre, l’utilisation d’une partie de l’Emag de colza produit en France en biocombustible permettrait d’offrir de nouveaux débouchés aux producteurs, agriculteurs et estérificateurs.

Un bioliquide de chauffage contenant jusqu’à 30% de colza

La ressource en colza et la capacité de production d’Emag sont suffisantes pour mettre sur le marché, dès 2022, un premier produit : le F30, contenant 30% d’Emag de colza, destiné aux chaudières neuves biocompatibles. Puis, sera lancé ultérieurement le F10 (10% d’Emag) qui pourrait se substituer au fioul d’origine 100% fossile pour toutes les installations.

Le planning

2020 à 2040 : 20 ans, ça paraît long et en même temps c’est court pour changer radicalement la 3e énergie de chauffage en France. C’est pourtant le défi que les acteurs de la chaîne du biofioul veulent relever : passer du fioul domestique 100% fossile à un bioliquide de chauffage 100% renouvelable en 20 ans. Un planning ambitieux mais réaliste, économiquement et techniquement. Toutefois, cela nécessite une fiscalité adaptée.

2022

Un biofioul F30 sur le marché en juillet

Initialement prévue en 2024, la mise sur le marché du biofioul F30 a dû être anticipée. En effet,  le décret gouvernemental interdisant l’installation de nouvelles chaudières fioul au 1er juillet 2022, entrera en vigueur le 1er juillet prochain. Le F30 respectera le plafond d’émissions de CO2 fixé par ce décret et pourra donc alimenter les chaudières neuves.

2024

Le biofioul F10 généralisé?

L’arrivée anticipée du F30 a bouleversé le planning de déploiement des produits initialement prévu. Ainsi, pour des questions de logistique, la mise sur le marché du F10, contenant 10% de colza, ne pourra intervenir qu’en 2024.

2040

Un bioliquide de chauffage 100% renouvelable

Après le déploiement du F30 et du F10, un biocombustible contenant 50% d’énergie renouvelable arrivera en 2028. Puis, un bioliquide 100% renouvelable devrait faire son apparition en 2032 et être généralisé en 2040.

Les matériels

Le changement de combustible de chauffage nécessite bien évidemment une adaptation des matériels. Aujourd’hui, la quasi-totalité du parc des chaudières installées est en capacité d’accepter du biofioul F10. En revanche, le changement de brûleur paraît indispensable pour fonctionner au F30. Une marque, « Biofioul ready », associée à un grade, permettra de distinguer les matériels prêts à fonctionner avec du biofioul. Actuellement, les constructeurs travaillent à la labellisation de leurs matériels en biocompatibilité F30.

La compatibilité des chaudières installées en question

Les chaudières actuellement en service peuvent fonctionner avec du fioul contenant jusqu’à 7% d’énergie renouvelable sans modification. En revanche, pour fonctionner avec du F30, il faudra les adapter.

Une marque pour les matériels biocompatibles

« Biofioul ready » est la marque destinée à identifier, auprès du grand public et des professionnels du chauffage, les matériels biocompatibles. Elle sera systématiquement associée au grade correspondant.

Les matériels F30 en cours de labellisation

Les principaux constructeurs travaillent activement à la labellisation de leurs gammes de matériels en biocompatiblité F30. Des premiers modèles de chaudières et PAC hybrides sont d’ores et déjà disponibles.

Les Acteurs

Le biofioul est devenu une réalité grâce à la mobilisation, à chaque maillon de la chaîne, de différents acteurs. Ces professionnels ont en commun leur engagement dans la transition énergétique et leur implication au cœur des territoires. C’est pourquoi plusieurs organisations professionnelles se sont unies autour du biofioul. Elles appellent aujourd’hui tous les acteurs concernés à les rejoindre pour développer et promouvoir cette nouvelle solution de chauffage pour les territoires.

Les distributeurs d’énergies hors réseaux à l’initiative du biofioul

La Fédération Française des Combustibles, Carburants et Chauffage (FF3C), est l’organisation représentative des distributeurs d’énergies hors réseaux. Elle est à l’initiative du biofioul, un produit qu’elle a développé en étroite collaboration  avec le monde agricole.

Les producteurs, agriculteurs et estérificateurs, en première ligne

Côté production, deux organisations sont, depuis l’origine du projet biofioul, aux côtés de la FF3C. La Fédération Française des Producteurs d’Oléagineux et de Protéagineux (Fop) rassemble les cultivateurs de colza; Estérifrance est le syndicat des estérificateurs.

Les metteurs à la consommation face au défi de la logistique

La Fédération Française des Pétroliers Indépendants (FFPI) regroupe des sociétés d’importation, de stockage et de distribution de produits pétroliers, non affiliées aux raffineurs. Elle a donc un rôle essentiel à jouer dans le déploiement de la solution biofioul.

La filière chauffage pleinement mobilisée

Les professionnels du chauffage sont des partenaires incontournables. Les fabricants de matériels, pour le développement de matériels biocompatibles ; les installateurs-chauffagistes qui sont en première ligne pour conseiller leurs clients sur les meilleures solutions de chauffage.

Inscrivez vous à notre newsletter

    En renseignant votre adresse email, vous acceptez de recevoir régulièrement notre newsletter par courrier électronique. Vous pouvez consulter notre politique de confidentialité . Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide du lien de désinscription qui figure sur la newsletter ou en nous contactant à l’adresse : contact@energiedesterritoires.fr